PRÉSENTATION

Carte d’identité

La réserve naturelle de l’Étang de Haute-Jarrie a été classée Réserve Naturelle Régionale le 25 septembre 2008 par le Conseil Régional Rhône-Alpes.
Elle se situe sur la commune de Jarrie, au sud de la métropole grenobloise, sur le plateau de Champagnier. Occupant une surface de 10 ha, elle est constituée d’un plan d’eau et d’annexes humides. Le site s’inscrit dans un environnement largement agricole qui compte des bois et des bosquets. Il est borné au sud-est par des habitations et le hameau du Plâtre et longé au sud par une route communale. Son périmètre de protection est d’environ 20 ha.

Historique

 

A la demande de son propriétaire, la commune de Jarrie, le site de l’étang de Haute-Jarrie a été classé en réserve naturelle volontaire par arrêté ministériel le 2 juillet 1984.

La réserve est inscrite au réseau des Espaces Naturels Sensibles du département de l’Isère depuis 2002, comme site local et classée dans l’inventaire des ZNIEFF de type 1.

Le 28 mars 2013, la Région a complété le classement avec un périmètre de protection autour de la RNR, incluant des propriétés privées.

 

Organisation

Une réserve : comment ça marche ?

En fonction des enjeux, de la situation géographique et du contexte local, le classement en réserve naturelle est opéré par l’État, par la Région ou par la collectivité territoriale de Corse. Dans tous les cas, la création des réserves naturelles fait l’objet de consultations locales avec les collectivités, les privés et usagers divers. L’autorité administrative, à l’initiative du classement, confie la gestion à un organisme local appelé le gestionnaire.

Chaque réserve naturelle est ainsi placée sous l’autorité administrative :

Cette autorité administrative constitue alors un comité consultatif et désigne un organisme gestionnaire.

 

Le comité consultatif

Il rassemble les principaux partenaires locaux de la réserve naturelle : services de l’État, collectivités territoriales, propriétaires, représentants des usagers, associations de protection de la nature et personnalités scientifiques. Il se réunit au moins deux fois par an, sur convocation, pour évaluer la mission de l’organisme gestionnaire et orienter ses choix.

Le comité consultatif de la RNR de l’étang de Haute-Jarrie compte une vingtaine de membres et est présidé par Mme Marie-Claire TERRIER, conseillère régionale à la Région Auvergne Rhône-Alpes.

 

L’organisme gestionnaire

Depuis le 10 avril 2018, le SIGREDA succède à la commune de Jarrie pour la gestion de la réserve naturelle régionale de l’Étang de Haute-Jarrie.

Le champ d’intervention du gestionnaire est large et s’étend notamment à :

  • l’application de la réglementation

Chaque réserve naturelle est dotée d’une réglementation spécifique (ou règlement) et adaptée au contexte local. Les agents des réserves naturelles sont commissionnés par le Ministre chargé de l’Environnement et assermentés par le Procureur pour exercer une mission de police de la nature.

  • le suivi scientifique et l’évaluation du patrimoine naturel

Il se fait par la mise en œuvre du plan de gestion de la réserve naturelle et par l’application, notamment de protocoles scientifiques.

  • la réalisation d’actions de gestion écologique

Les actions se font sur la base du plan de gestion. Elles sont nécessaires au maintien ou à la restauration du patrimoine de la réserve naturelle. Elles sont réalisées directement ou par contrat avec des propriétaires, des agriculteurs, etc.

  • la sensibilisation des publics

En respectant les enjeux liés à la conservation du patrimoine, la sensibilisation passe par l’information et l’accueil de divers publics. La réserve naturelle de l’étang de Haute-Jarrie accueille chaque année plusieurs centaines d’enfants lors de visites scolaires.

  • la gestion administrative, telles que les demandes d’autorisations de travaux, la gestion financière
  • la gestion du personnel recruté pour l’exercice de ses missions.

 

Les organismes financeurs

La Région Auvergne Rhône-Alpes finance les réserves naturelles classées par son Conseil régional. Les subventions sont accordées pour la réalisation et la mise en œuvre des plans de gestion. D’autres aides peuvent être mobilisées auprès de partenaires privés ou publics (Département, Union Européenne…).

Ainsi, le budget de fonctionnement et d’investissement de la Réserve Naturelle Régionale de l’étang de Haute-Jarrie provient des subventions de la Région Auvergne Rhône-Alpes et de la Commune de Jarrie.

          

 

 

icone-ronds-eau_menu-rnr Patrimoine Naturel

Les milieux Naturels

 

La réserve présente une diversité d’habitats naturels comme :

 

  • plusieurs poches d’eau stagnantes, de superficie variable, en communication entre elles ;
  • des formations herbacées hydrophiles : roselières à phragmites et massettes, cariçaies et scirpaies ;
  • des taillis et boisements humides, en bordure de chenaux ;
  • des îlots boisés non humides installés sur des digues ou des produits de curage ;
  • une bande non hydromorphe constituée de prairies et de boisements arborés ou arbustifs, au sud sud-est.

 

La réserve naturelle régionale de l’étang de Haute-Jarrie

 

 

La faune

 

L’étang de Haute-Jarrie est situé dans l’axe migratoire de nombreuses espèces d’oiseaux, et possède des habitats naturels très attractifs, notamment pour les Anatidés, les Rallidés, les Ardéidés et les Sylvidés. Ainsi il constitue un site remarquable pour sa richesse avifaunistique avec environ 140 espèces d’oiseaux recensées. Le Blongios nain (Ixobrychus minutus), espèce emblématique de la réserve, revient chaque année sur le site, tout comme le Héron pourpré (Ardea purpurea), la Sarcelle d’été (Spatula querquedula), le Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca) ou la Bondrée apivore (Pernis apivorus). Le site est également remarquable pour son cortège de fauvettes aquatiques : la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), la Rousserolle turdoïde (A. arundinaceus) et la Rousserolle verderolle (A. palustris).

 

De gauche à droite : le Blongios nain, la Rousserolle effarvatte et la Bondrée apivore.

 

Le site compte également 9 espèces de chiroptères (ou chauve-souris) dont la Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri), et le Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis), qui est une espèce d’intérêt communautaire.

 

Par ailleurs, le patrimoine faunistique de la réserve compte plus de 265 espèces de lépidoptères dont trois espèces patrimoniales: le Cuivré des marais (Thersamolycaena dispar), le Sphinx de l’épilobe (Proserpinus proserpina) et l’Écaille chinée (Euplagia quadripunctaria).

 

Au niveau des odonates (famille des libellules et demoiselles), l’étang de Haute-Jarrie est un des sites d’observations les plus anciens du département. Depuis 1953, on y recense une quarantaine d’espèces, dont la Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata), le Sympétrum sanguin (Sympetrum sanguineum) et l’Aeschne isocèle (Aeshna isoceles). Toutefois, les populations sont en régression en terme de diversité spécifique : aujourd’hui, seule une vingtaine d’espèces d’odonates est observée régulièrement sur le site. Il existe donc un enjeu majeur en termes de gestion des milieux favorables aux libellules et demoiselles, pour le maintien des populations dans la Réserve.

 

Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata), Agrion élégant (Ischnura elegans) et Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum).

 

 

La flore

 

Les différentes formations végétales présentes accueillent au moins 235 taxons floristiques dont la Petite utriculaire (Utricularia minor L.), espèce protégée régionalement et classée « en danger » sur la Liste Rouge de la flore vasculaire de Rhône-Alpes (2015), que l’on peut observer sur l’étang.

 

En périphérie de la réserve, on observe également la Gratiole officinale (Gratiola officinalis L.) qui est protégée au niveau national, et la Germandrée des marais (Teucrium scordium L.), toutes les deux étant aussi classées « en danger » au niveau régional.

 

La Petite utriculaire (Utricularia minor L.), espèce protégée en région Rhône-Alpes, est bien présente sur l’étang.

 

icone-ronds-eau_menu-rnr Pédagogie

Animations

Parmi les missions d’une réserve naturelle figure celle de l’éducation à l’environnement pour tous les publics. Le fait d’avoir un espace protégé, étudié et valorisé constitue en effet une opportunité intéressante et une valeur ajoutée au sein d’un territoire.

Le Sigreda, en tant que gestionnaire de la RNR de l’Étang de Haute-Jarrie, prend en charge la coordination des visites pédagogiques du site, afin de veiller au respect de la réglementation et à la préservation de la tranquillité de la faune sauvage (notamment en période de reproduction).

Il propose également des animations et met en œuvre des actions de communication en vue de faire connaître son patrimoine et de sensibiliser au respect de l’environnement.

Les animations prennent différentes formes selon les publics : interventions scolaires ou auprès des centres de loisirs et centres sociaux, animations avec des groupes sur demande, ou encore sorties thématiques proposées par la Réserve. Ces actions, majoritairement prévues sur le site en extérieur, peuvent également se décliner sous forme de conférences ou d’interventions en salle.

Animation encadrée par la garde animatrice de la réserve.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez mettre en place des projets ou pour toute demande concernant les animations au 04.76.98.38.57 ou à severine.louis@sigreda.fr

PROGRAMME DES SORTIES DE LA RÉSERVE

 

Outils

Les thématiques présentes à Haute-Jarrie sont nombreuses et offrent un vaste panel de sujets à exploiter. De l’histoire glaciaire du site au cycle de l’eau en passant par les espèces liées aux zones humides, chaque sortie et chaque époque de l’année permettent la découverte.

Au niveau du public scolaire, la RNR de l’Étang de Haute-Jarrie fait partie du réseau des Espaces Naturels Sensibles du département de l’Isère depuis 2002, ayant pour effet de faciliter la mise en place et le financement de sorties sur le terrain (dispositif « A la découverte des ENS »).

 

 Actions de gestion

 

 

Missions

 

Les missions de la Réserve Naturelle

 

Le territoire et les milieux naturels qu’il abrite étant soumis à des pressions d’origine humaine, la principale mission de la Réserve est la préservation et la gestion du patrimoine naturel (faune, flore et milieux). Cela passe par une réglementation des activités, la sensibilisation du public aux questions environnementales, l’amélioration des connaissances sur le patrimoine naturel et la gestion concrète du site pour atteindre un bon état de conservation. Ces missions sont déclinées en actions inscrites dans le plan de gestion de la réserve, document qui cadre les actions à mener pour atteindre les objectifs propres à chaque réserve naturelle.

 

Sur la réserve naturelle de l’étang de Haute-Jarrie, les objectifs sont les suivants :

 

  • Maintenir et restaurer l’hydrosystème et les habitats associés,
  • Renforcer les habitats de phragmitaies favorables aux oiseaux nicheurs remarquables,
  • Maintenir la capacité d’accueil de l’avifaune migratrice et hivernante,
  • Préserver les habitats humides périphériques (grèves et prairies) et augmenter la maîtrise d’usage,
  • Préserver les conditions favorables à la biodiversité faunistique (habitats amphibiens, chiroptères, insectes),
  • Acquérir de nouvelles connaissances scientifiques,
  • Gérer la fréquentation et faire appliquer la réglementation,
  • Mener des actions d’animation et de pédagogie.

 

 

 

Plan de gestion

 

Toutes les réserves naturelles, qu’elles soient nationales régionales, doivent être dotées d’un plan de gestion. Ce document, propre à chaque Réserve Naturelle fixe les objectifs de travail pour une durée (10 ans pour la RNR de l’Étang de Haute-Jarrie). Il est rédigé par l’organisme gestionnaire et reçoit les avis du comité consultatif, du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel ou du Conseil National de Protection de la Nature (Réserve nationales) avant d’être validé définitivement :

 

  • soit par la commission permanente de la Région concernée (Réserves naturelles régionales),
  • soit par l’État (Réserves naturelles nationales).

 

Le travail d’élaboration du plan de gestion permet de réaliser le diagnostic du site et d’identifier les enjeux de gestion. Le plan de gestion prévoit les objectifs et les moyens à mettre en œuvre sur le terrain afin d’entretenir ou de restaurer les milieux.

 

Ce document est organisé en deux parties ou sections :

 

  • La première section comporte le diagnostic de la Réserve. On y trouve les informations générales sur la Réserve, une description détaillée de l’environnement et du patrimoine naturel, le cadre socio-économique et culturel du site, ses intérêts pédagogiques et enfin la valeur et les enjeux de la Réserve.

 

  • La deuxième partie traite des enjeux de gestion de la Réserve. En fonction de chacun d’eux, des objectifs de gestion à atteindre sont définis. Un objectif est atteint en une ou plusieurs opérations (ou actions), qui est détaillée, chiffrée et planifiée dans le temps suivant les milieux, les espèces ou les catégories d’usagers. On distingue les objectifs de gestion à long terme (atteignables en plusieurs plans de gestion) des objectifs propres du plan (atteignables en 5 ans). Ce sont ces objectifs à court terme qui sont déclinés en opérations.

 

À l’issue de la durée du plan de gestion et afin d’en apprécier son efficacité, une évaluation est réalisée soit par le gestionnaire, soit par un bureau d’études mandaté par le gestionnaire. Cette évaluation permet de juger de l’efficience, de la cohérence et de la pertinence des opérations et des objectifs qui avaient été planifiés et de prévoir un réajustement, si nécessaire, pour le plan de gestion suivant.
Une fois cette évaluation faite, un nouveau plan de gestion peut être rédigé pour une durée équivalente au premier plan.

 

Plan de gestion de la Réserve Naturelle de l’Étang de Haute-Jarrie :

 

Plan de Gestion 2014-2018

 

 

Études et suivis

 

Parmi les missions d’une réserve naturelle, et selon les objectifs définis dans le plan de gestion, l’amélioration des connaissances et l’étude du site constituent des points centraux. Ces démarches demandent des compétences particulières, scientifiques ou techniques, et du temps. Les études, suivis et inventaires peuvent être menés en interne, par le personnel de la réserve, ou par un prestataire extérieur (bureaux d’études, associations spécialisées, etc).

 

Exemples d’études réalisées :

  • Suivis ornithologiques réalisés par le CORA puis la LPO38 (depuis 2000),
  • Cartographie de la végétation (Gentiana, novembre 2004),
  • Inventaire entomologique (Rosalia, 2009),
  • Suivi des odonates (Groupe Sympétrum, 2010).

Dans le cadre des mesures de gestion de la réserve, le Sigreda peut également effectuer en interne des suivis ou des inventaires naturalistes (suivi odonates, avifaune, etc.).

 

icone-ronds-eau_menu-rnr Règlement et accès

Réglementation

L’efficacité de l’outil Réserve Naturelle réside dans le fait qu’elle est dotée d’un moyen de protection réglementaire via sa réglementation. Son fondement juridique provient du Code de l’Environnement. Sur cette base, chaque Réserve peut avoir des règles qui lui sont propres en fonction de son contexte et de ses enjeux. Le Code de l’Environnement prévoit également les sanctions liées au non-respect de la réglementation. Le règlement de la RNR de l’Étang de Haute-Jarrie est inscrit dans la délibération n°08.08.562 du 25 septembre 2008 du Conseil Régional de Rhône-Alpes.

Règlement de la Réserve

La Réserve Naturelle Régionale de l’Étang de Haute-Jarrie abrite un patrimoine naturel particulièrement riche, autour de lʹun des rares plans dʹeau d’origine naturelle du secteur. Ce site aux portes de la métropole grenobloise est soumis aux activités humaines (activités de loisirs et de détente, activités agricoles, etc.). La réglementation permet de les encadrer afin de minimiser leur impact sur l’environnement.

L’application de la réglementation

Le site est surveillé par les gardes de la Réserve dont le métier revêt plusieurs facettes, parmi lesquelles la police de l’environnement, l’accueil et l’information du public, les suivis naturalistes et scientifiques, ou encore la réalisation de travaux d’entretien ou de balisage.

Règles à respecter pour la préservation du site

Elles peuvent sembler contraignantes et nombreuses, mais rappelons qu’il y a beaucoup plus d’espaces non réglementés, plus ou moins dégradés, que de sites protégés ! Les atteintes à la faune et la flore sauvages peuvent avoir des conséquences considérables, parfois imperceptibles à court terme (destruction des habitats, fuite, épuisement, abandon des jeunes, rupture de chaînes alimentaires…).

Piétons

Accès autorisés :
Le public est invité à venir profiter du site et observer la faune et la flore sur les sentiers uniquement.

 

 

Atteintes et prélèvements de végétaux, animaux, fossiles interdits :Toutes les espèces animales et végétales sont protégées par la réglementation, y compris les plus communes d’entre elles. La cueillette de baies ou fruits ou le ramassage de champignons sont donc interdits, tout comme le prélèvement ou la destruction d’animaux, de nids, d’œufs, de végétaux, ou de fossiles.

Chiens interdits :
Dans la Réserve, nos amis les chiens sont interdits. Ils sont en effet perçus comme des prédateurs qui créent du dérangement pour la faune par leur simple présence (odeur).

Engin motoriséEngins motorisés interdits :
La faune sauvage a besoin de zones de quiétude. Les véhicules à moteur créent des nuisances sonores incompatibles avec la quiétude des lieux et polluent l’air. De plus, ils dégradent le sol et la végétation et présentent un danger pour les promeneurs. La pratique de la moto, du quad et de la voiture sont donc interdits dans l’enceinte de la Réserve sauf pour les professionnels et les ayants droit.

Feu interditFeux interdits :
Les milieux naturels sont fragiles et les espèces sensibles aux dérangements. Les fumées provoquent la fuite de nombreuses espèces animales. Le feu crée une dégradation du sol et peut provoquer des incendies de grande taille dans les zones sensibles.

DéchetsDéchets interdits :

La faune sauvage et les milieux naturels peuvent souffrir des déchets artificiels. Ne rien abandonner sur le site. Des poubelles sont présentes sur le site.

Camping et bivouacCamping et bivouac interdits :
Beaucoup d’espèces sont actives en soirée, et ont besoin de calme. Il est interdit de dormir sur le site, au vu des dérangements et des pollutions que cela peut engendrer.